Accéder à la liste complète des stages conventionnés

DIRPROD FORMATIONS — LES CONTES AU CŒUR DE LA CRÉATION SCÉNARISTIQUE CONTEMPORAINE (Structuration, méthodologie, mis en pratique)

Mots-clés associés : Intermittents techniciens cinéma et audiovisuel - 03 - ecriture, réalisation

Publié le 06/06/2019 — Produit n° 224254 — Code interne : A

– Réfléchir à la façon de se servir du répertoire des contes pour nourrir l’écriture de romans ou de scenarii originaux.
– Se donner des outils pour inventer des histoires qui sortent de l’ordinaire.

Informations générales

Identification du stage

:

Directeurs et coordinateurs d'écriture, directeurs de collection, showrunners, concepteurs, assistants réalisateurs, conseillers de programmes, auteurs, auteurs-réalisateurs, scénaristes, romanciers, écrivains et toute personne curieuse d'explorer les différents aspects de l'écriture et de la scénarisation à partir des contes.

:

Avoir comme activité principale dans l'audiovisuel ou le cinéma, une fonction en rapport direct avec la création littéraire ou scénaristique, que ce soit dans la gestion de la création ou la création elle-même.

:

- Présenter le répertoire de la littérature orale contée dans sa richesse, son organisation, et sa cohérence.
A partir de ce répertoire :
– réfléchir à la façon de s’en servir pour nourrir l’écriture de scenarii originaux.
– se donner des outils pour inventer des scenarii qui sortent de l’ordinaire
– Repérer la modernité paradoxale de ces récits.

  • Du 16/12/2019 au 20/12/2019
    Réf. Afdas : 1930710
  • Du 23/09/2019 au 27/09/2019
    Réf. Afdas : 1930667

35h (5 jours - 35.0h/semaine)
PARIS (Ile-de-France)
3 stagiaires


Financement à 100% par l'Afdas pour les publics recevables. Dans la limite des budgets disponibles.


GODARD Franck — 0684233396
dirprodformations75@gmail.com
dirprodformations.fr

Informations pédagogiques

Programme pédagogique

JOUR 1 – LES PERSONNAGES 1

Matin
Définitions : mythe, légende, conte de tradition orale ; collectage, ethnologie, ethnographie ; conte oral, conte littéraire ; conte pour enfant ou pour adulte ; veillées…

Fondamentaux de l’écriture scénaristique :
• Trame des personnages,
• Réseaux,
• Personnages clés
• Faiblesses et besoins chez Truby

Référence à Claude Lévi-Strauss, anthropologue.

Après-midi
Les personnages clés chez Campbell, dans la commedia dell’arte : personnages de représentations. Le pourquoi et le comment de leur construction.

Quelques personnages récurrents des contes : le roi, le fils du roi, la fille du roi, la méchante reine, le dragon, le diable, Barbe-Bleue, le loup, le renard, l’idiot, le curé lubrique, etc..


JOUR 2 – LES PERSONNAGES 2

Matin
Travaux dirigés. Les stagiaires présentent un projet sur lequel ils travaillent, pour qu’il soit étudiés en séance : étude de leurs personnages, tentatives de rapprochement avec des personnages symboliques du conte consciemment ou non invoqués, pour (re)trouver des références à d’autres contes et réfléchir aux différentes options d’écriture possibles.

Après-midi
Le conflit externe et le conflit interne au cinéma : définitions, méthodologie.

Travailler avec le symbole pour mieux maitriser son concept.

Références cinématographiques du point de vue du personnage : La Belle et la Bête (Cocteau) 1967 Peau d’Âne (Jacques Demy) 1970 Cendrillon (Kenneth Branagh) 2015 Cendrillon (Wilfred Jackson) 1950 Cendrillon (Georges Méliès) 1899 La Belle et la Bête (Christophe Gans) 2014 Blanche-Neige (Tarsem Singh) 2012 Cendrillon (Walt Disney) 1950 La Belle au Bois Dormant (Walt Disney) 1959 Blanche-Neige et les Sept Nains (Walt Disney) 1937

JOUR 3 – LA STRUCTURE 1

Matin
Comment la présence des personnages structure le récit.

Fondamentaux de l’écriture scénaristique :
• Incident déclencheur
• Incident incitatif
• Structure sur 3 actes, sur 4 actes.
• Les 22 points de Truby

Structure manifeste et structure sous-jacente du conte. Rapprochements avec le conflit interne et externe.

Le conte merveilleux : les structures du récit.

– Les versions d’un même conte, selon la culture, le lieu d’origine, l’époque, etc.
– Les structures de contes particuliers : contes africain, les Mille et Unes Nuits.
– L’adaptation du conte oral (au cinéma et dans la littérature jeunesse) :
– transposition (d’époque, de milieu)
– inversion (le gentil devient le méchant et vice-versa)
– déplacement (un personnage secondaire devient le héros)
– mélange (de contes, d’époques, de milieu)
– modernisation (l’action se passe aujourd’hui, avec ou sans le merveilleux)

Références cinématographiques du point de vue de la structure.

Après-midi
Réf. cinématographique : « Tout conte fait », d’Agnès Jaoui : comment le Petit Chaperon Rouge reste en référence constante dans un film dont l’action se passe pourtant de nos jours.
– atténuation (le merveilleux est plus ou moins effacé)
– fragmentation : seul un élément de conte est utilisé isolément
– transformation d’atmosphère (adapter un conte tragique en comique, ou inversement)
– emboîtement (les contes dans les contes)
Réf. cinématographique : la série « Once Upon a Time », et son système d’emboîtement entre contes, personnages, et chronologies différentes.

JOUR 4 – LA STRUCTURE 2

Matin
Étude des structures de toute une série de contes et rapprochement avec leurs pendants cinématographiques :
• Conte facétieux (Les aventures de Till l’Espiègle (1956), Charlie Chaplin, le Grand Blond avec une chaussure noire)
• Conte d’animaux (Les Trois Petits Cochons (Walt Disney) 1933
• Conte religieux (Marcelino Pan y Vino, 1955 et 1991)
• Conte étiologique
• Conte de mensonge (les Monty Pythons, les Marx Brothers, Hellzapoppin)
• Randonnées
• Conte érotique (les films de Pier-Paolo Pasolini)
• Conte fantastique (X-mens, Marvels, etc.)

Après-midi
Travaux dirigés. Retour sur les travaux des stagiaires : consolidation des acquis (personnages), étude de leur histoire pour y trouver des correspondances avec la structure du conte.


JOUR 5 – MÉTHODOLOGIE APPLIQUÉE

Matin
Rythme narratif
Les effets dramatiques
Les échanges entre personnages : le triangle dramatique ou triangle de Karpmann.
Pour tous ces notions évoquées ci-dessus, parallèles conte/scénario.

La chanson de légende (Malicorne, les héraults…)

Après-midi
Proposition de méthodologie appliquée.

Analyse et mise en coordination des éléments récurrents dans le scénario de fiction (quelque soit le genre, conte ou pas conte), et rapprochement avec le système de Propp, l’analyse qu’il fait en 31 points du conte merveilleux, ainsi que la structure de Brémont (établie à partir de la théorie de Propp).
Exemples avec deux films qui ne sont pas des contes.

Debrief, discussion et bilan.

Planning d'une journée type

JOUR 1 – LES PERSONNAGES 1

Matin
Définitions : mythe, légende, conte de tradition orale ; collectage, ethnologie, ethnographie ; conte oral, conte littéraire ; conte pour enfant ou pour adulte ; veillées…

Fondamentaux de l’écriture scénaristique :
• Trame des personnages,
• Réseaux,
• Personnages clés
• Faiblesses et besoins chez Truby

Référence à Claude Lévi-Strauss, anthropologue.

Après-midi
Les personnages clés chez Campbell, dans la commedia dell’arte : personnages de représentations. Le pourquoi et le comment de leur construction.

Quelques personnages récurrents des contes : le roi, le fils du roi, la fille du roi, la méchante reine, le dragon, le diable, Barbe-Bleue, le loup, le renard, l’idiot, le curé lubrique, etc..


JOUR 2 – LES PERSONNAGES 2

Matin
Travaux dirigés. Les stagiaires présentent un projet sur lequel ils travaillent, pour qu’il soit étudiés en séance : étude de leurs personnages, tentatives de rapprochement avec des personnages symboliques du conte consciemment ou non invoqués, pour (re)trouver des références à d’autres contes et réfléchir aux différentes options d’écriture possibles.

Après-midi
Le conflit externe et le conflit interne au cinéma : définitions, méthodologie.

Travailler avec le symbole pour mieux maitriser son concept.

Références cinématographiques du point de vue du personnage : La Belle et la Bête (Cocteau) 1967 Peau d’Âne (Jacques Demy) 1970 Cendrillon (Kenneth Branagh) 2015 Cendrillon (Wilfred Jackson) 1950 Cendrillon (Georges Méliès) 1899 La Belle et la Bête (Christophe Gans) 2014 Blanche-Neige (Tarsem Singh) 2012 Cendrillon (Walt Disney) 1950 La Belle au Bois Dormant (Walt Disney) 1959 Blanche-Neige et les Sept Nains (Walt Disney) 1937

JOUR 3 – LA STRUCTURE 1

Matin
Comment la présence des personnages structure le récit.

Fondamentaux de l’écriture scénaristique :
• Incident déclencheur
• Incident incitatif
• Structure sur 3 actes, sur 4 actes.
• Les 22 points de Truby

Structure manifeste et structure sous-jacente du conte. Rapprochements avec le conflit interne et externe.

Le conte merveilleux : les structures du récit.

– Les versions d’un même conte, selon la culture, le lieu d’origine, l’époque, etc.
– Les structures de contes particuliers : contes africain, les Mille et Unes Nuits.
– L’adaptation du conte oral (au cinéma et dans la littérature jeunesse) :
– transposition (d’époque, de milieu)
– inversion (le gentil devient le méchant et vice-versa)
– déplacement (un personnage secondaire devient le héros)
– mélange (de contes, d’époques, de milieu)
– modernisation (l’action se passe aujourd’hui, avec ou sans le merveilleux)

Références cinématographiques du point de vue de la structure.

Après-midi
Réf. cinématographique : « Tout conte fait », d’Agnès Jaoui : comment le Petit Chaperon Rouge reste en référence constante dans un film dont l’action se passe pourtant de nos jours.
– atténuation (le merveilleux est plus ou moins effacé)
– fragmentation : seul un élément de conte est utilisé isolément
– transformation d’atmosphère (adapter un conte tragique en comique, ou inversement)
– emboîtement (les contes dans les contes)
Réf. cinématographique : la série « Once Upon a Time », et son système d’emboîtement entre contes, personnages, et chronologies différentes.

JOUR 4 – LA STRUCTURE 2

Matin
Étude des structures de toute une série de contes et rapprochement avec leurs pendants cinématographiques :
• Conte facétieux (Les aventures de Till l’Espiègle (1956), Charlie Chaplin, le Grand Blond avec une chaussure noire)
• Conte d’animaux (Les Trois Petits Cochons (Walt Disney) 1933
• Conte religieux (Marcelino Pan y Vino, 1955 et 1991)
• Conte étiologique
• Conte de mensonge (les Monty Pythons, les Marx Brothers, Hellzapoppin)
• Randonnées
• Conte érotique (les films de Pier-Paolo Pasolini)
• Conte fantastique (X-mens, Marvels, etc.)

Après-midi
Travaux dirigés. Retour sur les travaux des stagiaires : consolidation des acquis (personnages), étude de leur histoire pour y trouver des correspondances avec la structure du conte.


JOUR 5 – MÉTHODOLOGIE APPLIQUÉE

Matin
Rythme narratif
Les effets dramatiques
Les échanges entre personnages : le triangle dramatique ou triangle de Karpmann.
Pour tous ces notions évoquées ci-dessus, parallèles conte/scénario.

La chanson de légende (Malicorne, les héraults…)

Après-midi
Proposition de méthodologie appliquée.

Analyse et mise en coordination des éléments récurrents dans le scénario de fiction (quelque soit le genre, conte ou pas conte), et rapprochement avec le système de Propp, l’analyse qu’il fait en 31 points du conte merveilleux, ainsi que la structure de Brémont (établie à partir de la théorie de Propp).
Exemples avec deux films qui ne sont pas des contes.

Debrief, discussion et bilan.

Informations complémentaires (méthodologie, ...)

De grands noms du cinéma ont utilisé le conte pour créer des chefs d’œuvre, comme Jean Cocteau, Jacques Demy, Kenneth Branagh ou même Georges Méliès. Si l’on ajoute à cela les nombreux dessins animés et séries télévisées articulées autour du conte, il apparaît que le conte est une source très importante d’inspiration pour les scénaristes.

Le travail que l’auteur doit faire sur son script, et tout d’abord, sur ses personnages, est d’abord un travail sur le concept : quelle thématique pour quel personnage ? Quel est le meilleur type de personnage pour une intrigue donnée ? Quelle intrigue pour quel conflit interne ?

Le conte est la voie royale pour aborder la psychologie fine au service de l’émotion. Loin des théories psychanalytiques difficiles à mettre en œuvre, il permet d’analyser les leviers de la dramaturgie avec efficacité et modernité, quel que soit le sujet de votre film, qu’il soit ou non un conte, qu’il narre une épopée ou un film intimiste.

Co-dispensée par Richard Abécéra, conteur depuis plus de trente ans, cette formation vous invite à une plongée dans les contes de tradition orale de l’intérieur et sera illustrée par des exemples vivants de contes traditionnels peu connus, au travers de nombreuses vidéos ou bien contés en direct par le formateur.

Elie-G. Abécéra, scénariste depuis 28 ans, tracera, tout au long de ce voyage, la grille de lecture du dramaturge, afin de transformer ce stage un corpus immédiatement utilisable pour un auteur de l’écran.

(Les deux formateurs sont frères.)

Points forts :
– Une formation dispensée par deux professionnels, l’un, du conte (points de vue du conteur et de l’anthropologue), et l’autre, du scénario stricto sensu (point de vue du dramaturge en écriture).
– Proposition d’une méthodologie pour explorer à fond les possibilités d’un conte et de ses différentes versions, en relation avec ses dimensions symbolique, historique et psychologique, et de l’appliquer à une écriture scénaristique, qu’elle ait ou pas le conte en sujet principal (maîtrise du conflit interne, externe, du symbolisme, d’un arc narratif, de la psychologie de vos protagonistes et antagonistes, etc).
– Une invitation à inventer de nouvelles formes de récits en s’inspirant de la diversité d’univers des contes de tradition orale.

Supports fournis aux stagiaires

Documentation pédagogique :
– Deux ouvrages de référence : Aarne-Thompson et Ténèze et Delarue.
– Comment chercher les différentes versions d’un conte. Exposé méthodologique.
– Quels outils utiliser : conseils sur les livres et référence bibliographiques, l’importance du net. Ateliers d’écriture des stagiaires (en individuel ou en groupe).

Méthode pédagogique :
Cours théoriques avec illustration par visionnage d’extraits de films.
Utilisation de powerpoint et de vidéos.
Remise d’un dossier pour chaque stagiaire.

1 stagiaires par poste de travail

Évaluation pédagogique en fin de parcours.

Evaluation des stagiaires en fin de parcours.

Formateurs

RICHARD ABECERA Auteur - Conteur - Formateur

ELIE-G. ABECERA Scénariste - Réalisateur - Formateur