Accéder à la liste complète des stages conventionnés

CHANTIERS NOMADES — Le geste du metteur en scène

Mots-clés associés : Intermittents artistes hors musiciens - perfectionnement

Publié le 29/08/2019 — Produit n° 225021 — Code interne : B

Construire ou perfectionner son propre processus de travail concernant la direction d’acteur.

Informations générales

Identification du stage

:

• Comédiens, scénographes, dramaturges, metteurs en scène professionnels pouvant justifier de deux ans d’expérience

:

2 ans d’expérience professionnelle

:

Compétence visée :
Construire ou perfectionner son propre processus de travail concernant la direction d’acteur.

Objectifs du stage :
• Consolider son processus de direction d’acteur, en le confrontant aux regards et aux réflexions du groupe
• Maîtriser dans son travail une série de rapports et de mises en tension (soi et le texte, soi et le comédien, soi et l’espace, etc…)
• Trouver sa méthodologie de prise en charge de ses intuitions.
• Acquérir une autonomie dans sa réflexion sur l’acteur.
• Savoir porter un regard critique et constructif sur les expériences en cours, que ce soit son propre travail ou celui des autres.

  • Du 02/12/2019 au 14/12/2019
    Réf. Afdas : 1940038

84h (12 jours - 42.0h/semaine - 1 jour d'interruption)
REIMS - LE MANEGE (Grand-Est)
12 stagiaires


Financement à 100% par l'Afdas pour les publics recevables. Dans la limite des budgets disponibles.


Estelle PANTALONE — 0476252195
com@chantiersnomades.com
www.chantiersnomades.com

Informations pédagogiques

Programme pédagogique

Présentation du stage :
Besoin professionnel :

En France, les formations à la mise en scène n’existent que depuis une petite décennie. Nombreux sont les metteurs en scène qui n’ont donc pas pu bénéficier d’une formation initiale spécifique.
Par ailleurs, les projets collectifs nécessitant la mobilisation de savoir-faire en interne se développant : la création lumière et sonore, la scénographie, par exemple, et bien entendu la mise en scène, sont alors pris en charge par les artistes interprètes sans formation spécifique.


Programme :

Jean-Yves Ruf est metteur en scène et comédien. Il a été formé entre autres par l’Unité Nomade de formation à la mise en scène. Son expérience au théâtre ou à l’opéra, ses fonctions de pédagogue ou de directeur d’école supérieure, l’engagent à porter une réflexion critique et ouverte sur la formation du metteur en scène. Un premier stage dans le cadre des Chantiers Nomades en 2014, puis un deuxième en 2016 ont conforté la méthodologie et les besoins.

Jean-Yves Ruf propose de réunir autour de lui des artistes désireux d’analyser et d’initier des processus de travail et de création d’un acteur. Il s’agira de définir ce qu’on appelle à tort ou à raison « la direction d’acteur ». Quelle est la part de la réflexion consciente, dramaturgique, quelle est la part de l’intuition chez l’acteur et chez le metteur en scène ? Quelle liberté donner à l’acteur ? Comment l’aider à trouver sa propre liberté ? Quelle est l’importance du non verbal dans la direction d’acteur ?


Seront abordés les rapports entre le corps de l’acteur et le corps de la langue, entre le souffle et la pensée, entre l’écoute et l’espace, le sens et la sensation. Nous aborderons aussi la question de la connexion du corps et de la voix, les notions d’écoute, d’adresse, de présence.

Processus Pédagogique :
La formation se composera de quatre parties. La première sera consacrée à la présentation du stage, la seconde à la définition des notions fondamentales La troisième partie sera axée à la direction d’acteur. La formation se terminera par l’évaluation du stage et des acquis des stagiaires.

I) Présentation du stage :
Présentation de la formation par les Chantiers Nomades et Jean-Yves Ruf qui introduira le sujet en présentant son parcours d’artiste et les raisons qui le poussent, par le biais de la transmission, à engager les artistes à s’interroger et prendre en charge la fonction de metteur en scène.
Il exposera le déroulé et la progression pédagogique en corrélation avec ses objectifs ainsi que la mise en application au plateau permettant l’évaluation des acquis.
Il reviendra sur le but du stage : Trouver ou perfectionner son propre processus de travail de metteur en scène.

II) Les notions fondamentales :

- Qu’est-ce que lire ? Lire et dé-lire. Tension entre son/sens/sensation :

Lecture de textes dramatiques ou non, proposés par les intervenants et les stagiaires.
Les spécificités de la lecture dans le cadre d’une préparation à la mise en scène : lire et dé-lire. Tension entre son/sens/sensation

- L’instrument vocal (intervention de Frédéric Meyer de Stadelhofen, spécialiste de la voix)

- La connexion corps / voix / espace (intervention de Frédéric Meyer de Stadelhofen, spécialiste de la voix)

III) La direction d’acteur

Après un choix et une analyse des textes chacun des comédiens mettra en place sa première séance de mise en scène.
Cette phase de travail va permettre aux stagiaires de définir, dans un aller-retour permanent entre la pratique et l’analyse, leurs propres processus de travail et de le faire évoluer en développant les notions suivantes :

- Rapport entre intuition et réflexion
- Acteur interprète ou acteur créateur ? - Diriger ou accompagner ?
- Le processus de direction, de l’implicite à l’explicite.


IV) L’évaluation

Les acquis théoriques et pratiques (application au plateau) feront l’objet d’un processus d’évaluation continue durant tout le déroulé de la formation et en lien avec les objectifs pédagogiques. Un regard attentif sera porté sur l’engagement du stagiaire tout au long du processus de travail.

Un bilan pédagogique de la formation et des stagiaires, d’aux moins deux heures, sera réalisé le dernier jour du stage, avec l’ensemble des participants, les intervenants et les Chantiers Nomades. Il sera composé de deux phases détaillées dans les modalités d’évaluation.

Informations complémentaires (méthodologie, ...)

Travail à la table :
- Lectures de textes.
- Définition de notions.
Travail au plateau :
- Corps et voix
- Mise en pratique de processus de mise en scène

Supports fournis aux stagiaires

• Supports fournis aux stagiaires :
Textes, ouvrages, accessoires
Moyens techniques à la disposition des stagiaires :
Plateau de théâtre, matériel son et vidéo

Évaluation pédagogique en fin de parcours.

I) L’évaluation de la qualité pédagogique du chantier nomade

A) Rappel des enjeux
- Apprécier l’adéquation de l’offre avec les besoins professionnels,
- Vérifier l’adéquation des moyens mis en œuvre pour atteindre les objectifs fixés,
- Apprécier les liens de conformité avec les objectifs de départ,
- Relever les points forts et les points à améliorer sur les méthodes de travail utilisées,
- Vérifier l’adéquation des moyens de communication avec les usages de la profession,
- Vérifier la conformité du programme communiqué.

B) Le processus d’évaluation
Un bilan pédagogique d’environ deux heures est réalisé le dernier jour du stage avec l’ensemble des participants, les intervenants et les Chantiers Nomades.

Une fiche d’évaluation écrite est transmise aux stagiaires. Elle doit être retournée par courrier aux Chantiers Nomades. Cette évaluation à « chaud » est complétée, six mois après, par un deuxième questionnaire précisant l’application professionnelle de la formation.

Un rapport pédagogique a destination de l’OPCA et des financeurs publics est complété par les intervenants.

II) L’évaluation des stagiaires

A) Rappel des enjeux
Dans la pratique artistique, l’évaluation individuelle a pour but de mesurer la plus-value résultant de la mise en relation de points de compétences entre eux. Autrement dit permettre à l’individu d’avoir une conscience aigüe des mutations, de l’évolution, du renouvellement de sa pratique, à différentes échelles.

B) Le processus d’évaluation
1) En cours de formation

Les acquis théoriques et pratiques (application au plateau par exemple) font l’objet d’un processus d’évaluation continue durant tout le déroulé de la formation et en lien avec les objectifs pédagogiques. Un regard attentif est porté sur l’engagement du stagiaire tout au long du processus de travail.
2) En fin de parcours

2.1. Présenter le processus d’évaluation en amont du bilan et transmettre, aux stagiaires, des documents ressources :
- un document méthodologique sous forme de cible d’évaluation.
- un tableau d’évaluation.

2.2. Compléter individuellement les documents ressources :
- Nous laissons, à chaque stagiaire, 15 à 20 minutes de réflexion sur son parcours de formation pour répondre par écrit aux questions posées : « Sur quels points votre regard a changé ? Qu’est-ce que vous avez découvert ? » ; « Qu’est-ce que vous avez précisé ? » ; « Qu’est ce qui reste à établir ? » ; « Quelles sont vos applications prioritaires ? ».

2.3. Produire collectivement un temps de parole.
- Chacun exposant, à tour de rôle et oralement, les réponses aux questions, permettant ainsi aux intervenants de réagir et compléter l’évaluation.

Cette méthode a une double valeur : du côté du stagiaire : la conscience et donc l’assimilation ; du côté des intervenants : l’accompagnement et non le jugement.

Formateurs

JEAN-YVES RUF METTEUR EN SCENE

ASSISTANT JEAN YVES RUF ASSISTANT

FREDERIC MEYER DE STADELHOFEN MAITRE DE VOIX, CHANTEUR