Sections

Accéder à la liste complète des stages conventionnés

ARTA — Dieudonné Niangouna : rites et rythmes

Publié le 14/06/2017 — Produit n° 224301 — Code interne : A

Mots-clés associés : Intermittents artistes hors musiciens - interprétation

D. Niangouna ajoute à la force artistique qu’il a tirée des savoirs du théâtre européen la dimension mystique des ritualités africaines du Kinguinzila et du Lemba venus des traditions Kongo. Embrassant le chant, la danse, le conte, la philosophie, toutes les littératures du corps et de l’espace, son théâtre se fait « alchimie du devenir ».

Informations générales

Identification du stage

:
Comédiens, conteurs, metteurs en scène, danseurs ayant un parcours d’acteur.

:

Comédiens et conteurs professionnels, metteurs en scène, danseurs ayant un parcours d’acteur.

:

Lui-même auteur, metteur en scène et acteur, Dieudonné Niangouna puise dans sa propre expérience d'"acteur créateur" entre Afrique et Occident pour transmettre ses compétences, initier, donner les outils permettant à chacun de générer par soi-même un processus dramaturgique, et d'oeuvrer collectivement, selon une double voie : il ajoute en effet à la force artistique qu’il a tirée des savoirs du théâtre européen la dimension mystique des ritualités africaines du Kinguinzila et du Lemba venus des traditions Kongo. Embrassant le chant, la danse, le conte, la philosophie, toutes les littératures du corps et de l’espace, son théâtre se fait « alchimie du devenir ».

Comment s’inspirer des rêves pour créer une partition dramatique, les rêves étant les matrices du poème d’où l’acteur va cheminer ?
Comment faire parler son corps, tant dans la solitude que choralement?
Comment convoquer son corps à l’appropriation consciente de cette matière, oser s’aventurer, se laisser entraîner, pour inventer des voies de dramaturgies singulières.

Tel est le chemin proposé ici à « l’acteur créateur » :
- partir de la zone la plus sombre et indécise afin de dessiner concrètement sur scène les contours mystiques d’une interprétation.
- raccorder le processus narratif qu’il établit et l’émanation de son geste à son profond désir de trouver la clé des songes.
Le fait de déverrouiller les mystères visera non pas à les rendre profanes mais à raconter de façon théâtrale la multiplicité des possibilités rationnelles qu’ils enferment :
« L’acteur est cet organe qui libère les songes. Il doit rentrer dans une forêt noire avec pour seule boussole la lumière de son corps : corps étranger face à la matière, esprit troublé par l’incompréhension des mystères, désir inassouvi de jouer le jeu de Prométhée.
Il est « Un » mais divisible. Rebelle à toute vanité du langage mais perméable aux univers incertains pour transcender, non expliquer par son « je » la raison de son transport.
Et sorti de la forêt l’acteur devient le chœur, le coryphée et l’élément activant de la fable qui nous est racontée par lui-même. »
Dieudonné Niangouna invite ainsi à aborder la notion du générateur-corps-orchestre où l’acteur accomplit la fabuleuse alchimie du rite et des rythmes.

  • Du 20/11/2017 au 30/11/2017
    Réf. Afdas : 1730438

60h (10 jours - 30.0h/semaine)
PARIS 12 (Ile-de-France)
10 stagiaires


Financement à 100% par l'Afdas pour les publics recevables. Dans la limite des budgets disponibles.


Federica BUFFOLI — 0143982061
arta@artacartoucherie.com
www.artacartoucherie.com

Informations pédagogiques

Programme pédagogique

Qu’est ce qui fait que grand nombre de nos acteurs actuellement manquent de corps sur la scène ?
Qu’est ce qui fait que grand nombre des acteurs qui utilisent le corps deviennent rapidement des performeurs physiques dans le sens sportif des choses et perdent toute la magie de ce langage pour finir dans un exotisme?
Une profusion de mouvements ou un sur trop de parole? Une absence de langage développé? Une castration du corps? Une pauvreté de la parole? Un sens non aiguisé de l’engagement artistique ?


LA RECHERCHE D’UN « ESPRIT SORCIER, CORPS INCANDESCENT »
De même que Sony Labou Tansi appelait à « soigner la chair et l’idée », Dieudonné Niangouna pense que le dialogue des cultures, et les oeuvres artistiques qui s’ensuivent, peuvent améliorer le vivre ensemble, compétence à développer à l’ère de la mondialisation.

Dieudonné Niangouna s’appuie sur la transmission de sa grand-mère qui était conteuse et rebouteuse : « La force du conteur se trouve dans le savoir du guérisseur. Et la magie du guérisseur tire toute son exégèse dans l’art du conteur ». Dans les traditions Kongo (Kinguinzila et Lemba), le principe éthique est de ne jamais révéler ce qui se révèle mais plutôt de le faire révéler par une série de théâtralités (chants, danses, adages, énigmes, proverbes, contes et palabres avec des fous) jouées dans un espace public et intime à la fois.

Pensant que les pratiques théâtrales peuvent être le lieu d’une recherche de dimension spirituelle et d’une transcendance ludique, cet atelier offrira à l’acteur-générateur l’occasion d’aiguiser ses outils de narration pour être à même de donner par différentes esthétiques un théâtre d’ici et maintenant, en sachant passer de l’ombre à la lumière.

« Je fais ce stage
Parce que j’aime le monde et la vie possible sur la terre.
Parce que j’aime les cultures et les traditions quand elles apportent un supplément d’âme à ce que nous sommes afin de continuer le plus beau geste de la vie : vivre en se questionnant à travers nos rites et rythmes de vie.
Parce que la force du théâtre est une grande lumière contre l’obscurantisme et les propagandes qui tuent la vie et prônent la mort de la vie.
Parce que le théâtre est un espace poétique des langages ; en cela il dépasse les mécanismes des vies dévoyées ; imposées ou mal choisies.
Parce que le théâtre transcende ce qui est vivant et met à nu ce qui se cache dans l’ombre.
Parce que le théâtre parle de nous et de tout ce qui nous concerne et nous entoure ; et il parle aussi bien des choses auxquelles on se dit qu’elles ne nous concernent pas alors que faute de cette naïveté elles nous encerclent et nous conditionnent au final.
Parce que le théâtre embrasse le chant, la danse, le conte, la philosophie, toute les littératures du corps et de l’espace.
C’est une alchimie du devenir. »

DRAMATURGIE DE L’INDICIBLE
Conçu en trois étapes de travail, le stage Rites et Rythmes se déroulera suivant les intitulés de trois mouvements dramaturgiques : Sillage, Laboratoire et guérison.

SILLAGE : cette première étape de travail durera trois jours :
- parler du passé conséquent et des songes marquants.
Le travail sera constitué de récits de rêves apportés par chaque participant. Ils seront racontés puis écrits par eux-mêmes, sous la direction de Dieudonné Niangouna et rapportés à nouveaux sur scène dans une sorte de débats entre la parole rêvée et la parole écrite. À ces rêves vont s’ajouter les références mythologiques et réelles d’un passé proche pour ne pas dire d’un présent emprunté de chaque participant. C’est toute l’intelligence de savoir où l’on va en regardant avant tout d’où l’on vient puis se projeter dans un futur imaginaire en cherchant à mieux être de son temps. Le sillage sera confronté à l’époque actuelle où les héros n’appartiennent pas à un temps mais sont là pour participer à la symbiose des énergies temporaires et spaciales : celle des époques et des géographies variées. Tous les temps seront convoqués à nos crises actuelles par le truchement des personnages principaux qu’incarneront les participants à cet atelier.

LABORATOIRE : Vaincre la peur, par la confiance sera ici recherché. L’esprit de ce laboratoire sera tout simplement poétique et non scientique. Ici nous rentrerons dans une zone de turbulence émotionnelle, consistant à travailler de façon pratique sur chaque rêve afin de trouver la rationnalité de son émoi. Par une série d’exercices l’acteur se mettra en scène et trouvera sa propre bête et son petit ange dans le même corpus, celui de son rêve, et l’actionnera comme étant une seule et même identité. Et le principe narratif de son monologue sera de rendre son « je » aussi « tu » que « il » que « nous » que vous » que « ils » dans la même surface de l’appropriation de la parole, comme dans le Lemba où le langage est dépersonnalisé mais contraint l’acteur à toute responsabilité. Cette étape durera cinq jours.

GUÉRISON : François de La Rochefoucauld disait « qu’on peut tomber de la montagne et se relever. » La rédemption est là. Devrons nous nous laisser mourir ou renaître de nos cendres comme le phénix? L’enjeu dans cette dernière partie est de sagement prôner le courage poétique de l’utopie, d’inventer une dimension réelle de l’homme, de pouvoir la porter et de parvenir à l’assumer non sans la critiquer incessamment. L’héritage c’est ce qu’on en fait chaque jour. C’est l’étape de la transcendance de sa fable dans un espace pluriel où d’autres fables se racontent. Comment tenir sa fable en l’articulant à d’autres. Partager un espace commun de fables différentes et trouver une dramaturgie qui les fait raconter toute en une fable arc en ciel. Une grande fresque humaine. C’est à cette étape définitive qu’on joint tout les rêves des participants pour opérer une alchimie de sens et d’émotion qui donnerait un texte, un jeu qui est fait de « je » au pluriel, une mise en scène partagée entre le directeur de l’atelier et les participants.
Ceci dans le but de le presenter en restitution à la fin du stage. Car cette dernière étape n’a de sens que sa réalisation concrète devant des spectateurs. Son temps de réalisation sera de trois jours (du 28 au 30 décembre 2017).

Dieudonné Niangouna souhaite que cette expérience, les fleurons de ce stage avec sa dernière étape décisive, puisse donner lieu à une création théâtrale portée par l’ARTA avec la même équipe et sous ma direction dans un futur proche du temps de cet atelier.

Planning d'une journée type

lundi-mardi-mercredi- samedi de 11h à 18h (avec une heure de pause)
jeudi-vendredi de 12h à 19h (avec une heure de pause)
Repos le dimanche.
Prévoir une nuit de travail de 20h à 7h : « Veillée de la parole et du langage. »

Training physique suivi du travail proposé par l’intervenant selon les trois phases mentionnées ci-desous

Supports fournis aux stagiaires

vidéo projecteur et écran pour les travaux documentaires à montrer aux participants : "Les Maitres Fous" de Jean Rouch et les travaux d’autres créateurs…

STUDIO PRATIQUE DE 150 M2, avec vestiaire de 10 m2
Plancher flottant en chêne
Studio équipé :
- Son: une mixette, un lecteur CD, un lecteur DATA, un lecteur K7, deux enceintes, une enceinte
bluetooth, le tout en ordre de marche.
- Lumière: rampe, 6 projecteurs et régie
- projecteur-vidéo, écran, équipement photo,
- miroir, rideaux, tapis de danse, tapis d’acrobatie, tapis de gymnastique,
- masques traditionnels (commedia dell’arte, balinais, japonais),
- bâtons, épées, balles,
- accessoires, tables, chaises, praticables,
- costumes,
- tambours et percussions.

SALLE D’ACCUEIL, d’étude et de documentation de 130 m2 :
avec piano mi-queue, bibliothèque et vidéothèque sur les arts de la scène à travers le monde, avec photocopieuse.

12 stagiaires par poste de travail

Évaluation pédagogique en fin de parcours.

Les sélections des participants seront faites selon les critères suivants : sur présentation d’une lettre de motivation et d’un dossier de présentation du parcours artistique du candidat, entretiens avec chaque postulant accompagnés de la présentation sur le plateau du studio d’un travail scénique de quelques minutes.
En fin de formation, un questionnaire d’évaluation de la formation sera distribué à chacun : il sera à retourner une fois rempli à ARTA.

Formateurs

Dieudonné Niangouna Acteur, metteur en scène

Informations pratiques
ARTADieudonné Niangouna : rites et rythmes
  • Du au
    Réf. Afdas : 1730438
Durée : 60h (10 jour s - 30.0h/semaine )
Lieu de formation : PARIS 12 (Ile-de-France)
Effectif : 10 stagiaires
Coût : 1200.00 €
Financement à 100% par l'Afdas pour les publics recevables. Dans la limite des budgets disponibles.
Inscriptions
Federica BUFFOLI 01 43 98 20 61
arta@artacartoucherie.com
www.artacartoucherie.com
Autres formations

Formations diplômantes

Pour effectuer une recherche, consultez le site du RNCP.

Autres formations

Vous pouvez effectuer une recherche élargie :

 

Page en cours de chargement, veuillez patienter...