Accéder à la liste complète des stages conventionnés

CHANTIERS NOMADES — Fiction radiophonique « Donner de la voix »– Cédric Aussir & François Pérache

Mots-clés associés : Intermittents artistes hors musiciens - perfectionnement

Publié le 29/08/2019 — Produit n° 221988 — Code interne : B

Interpréter une fiction radiophonique.

Informations générales

Identification du stage

:

• Comédiens, danseurs, circassiens professionnels souhaitant travailler la fiction radiophonique.

:

2 ans d’expérience professionnelle

:

Compétence visée :
Interpréter une fiction radiophonique.
Objectifs du stage :
• Savoir jouer avec un micro : maîtriser l’élocution et le placement de la voix, ajuster l’intensité vocale en fonction des décors sonores, trouver la bonne distance physique avec le micro, créer du mouvement.
• Savoir restituer un texte, brochure en main, de manière orale et spontanée : s’affranchir de la lecture.
• Maîtriser la question de l’adresse, enjeu majeur, le terrain de jeu n’étant pas le plateau mais le studio.
• Assimiler les techniques de projection dans le monde de l’imaginaire radiophonique.

  • Du 02/12/2019 au 20/12/2019
    Réf. Afdas : 1940037

105h (15 jours - 35.0h/semaine - 4 jours d'interruption)
PARIS - CENTQUATRE (Ile-de-France)
12 stagiaires


Financement à 100% par l'Afdas pour les publics recevables. Dans la limite des budgets disponibles.


Estelle PANTALONE — 0476252195
com@chantiersnomades.com
www.chantiersnomades.com

Informations pédagogiques

Programme pédagogique

Présentation du stage :
Besoin professionnel :
La radio reste un endroit privilégié d’expression pour les comédiens. Les interprètes y trouvent un outil poétique où se mêle l’acte de lire, de dire et de jouer qui suppose une maîtrise technique (spécifique à l’univers de la fiction radiophonique), alliée à une grande liberté d’interprétation.

Présentation des intervenants – compétences :
Cédric Aussir réalise des émissions, documentaires et des magazines pour RFI et France Culture dès 2005. Depuis 2010, il est réalisateur de fictions à Radio France. Il a notamment réalisé pour France Culture, les feuilletons Le chat du rabbin, Pars vite et reviens tard ou Petites misères de la vie conjugale de Balzac dont il a signé l'adaptation. Il conçoit avec Stéphane Michaka, Didier Benetti et l'Orchestre National de France, les concerts-fictions Dracula, Au cœur des ténèbres, Alice & merveilles et Vingt mille lieues sous les mers. En 2014, il réalise la première saison de 57, rue de Varenne écrit par Francois Pérache. Le feuilleton obtiendra le Prix Europa de la meilleure série. La cinquième saison est attendue pour 2019

François Pérache, lui, est auteur de fiction radiophonique et comédien. Après une formation d’ingénieur, il travaille dans le secteur politique pendant 6 ans. En 2007, après des années de pratique amateur, il décide de se consacrer entièrement au métier d’acteur et se forme durant 3 ans à l’Ecole Claude Mathieu. Outre ses projets au théâtre ou à l’écran, il découvre en 2012 le jeu radiophonique en suivant un stage organisé par...les Chantiers Nomades avec Cédric Aussir ! François Pérache a depuis participé à l'enregistrement d'une cinquantaine de fictions radiophoniques pour France Inter et France Culture. Il a reçu en 2015 le prix "Nouveau Talent Radio" de la SACD. En 2017, il a reçu les prix Italia, Phonurgia et le Grand Prix International Premios Ondas pour la série "De guerre en fils" (co-écrit avec Sabine Zovighian pour Arte Radio) consacrée à l'assassinat de son grand-père par le FLN algérien en octobre 1961

Depuis leur rencontre en 2012, François Pérache et Cédric Aussir n’ont pas cessé leur collaboration. Le second a réalisé toutes les fictions écrites par le premier pour France Inter et France Culture, en tentant, à chaque production, de se renouveler dans l’écriture et la réalisation.

Programme :

La radio reste un endroit privilégié d’expression pour les comédiens, un lieu intime de la rencontre entre un acteur et un texte, lieu qui se révèle d’autant mieux lorsque l’auteur écrit pour la radio.
Nous proposons, en partenariat avec France Culture, un stage permettant aux acteurs d’entrer concrètement dans l’univers de la fiction radiophonique avec les contraintes techniques et artistiques qu’elle impose à l’interprète. Outre le rapport à l’outil radiophonique, ce stage sera l’occasion pour les stagiaires de se confronter à une écriture nouvelle (texte inédit) en présence de son auteur, et de se former à la création d’une fiction depuis le travail dramaturgique jusqu’à son appréhension au micro. Ainsi, cette action poursuit plusieurs objectifs parmi lesquels : permettre aux interprètes de travailler les techniques du « théâtre » radiophonique ; connaître les contraintes de jeu liées à l’enregistrement radiophonique ; savoir repérer et comprendre les spécificités d’une écriture contemporaine pour la radio. Ce travail se déclinera sur 3 semaines (105h) au Centquatre à Paris.

Les intervenants proposent donc aux artistes interprètes de découvrir et travailler, avec la complicité des techniciens et un bruiteur de la Maison de la Radio, les possibilités et les limites de ce moyen d'expression.
En ce sens, et tenant compte de la difficulté de l’exercice pour les artistes-interprètes, Cédric Aussir et François Pérache travailleront conjointement dans une optique d’optimisation de la transmission. Ce choix pédagogique permettra une prise en charge globale et complète du savoir-faire exigé par l’exercice (compréhension des enjeux dramaturgiques, interprétation, maîtrise des outils techniques).

Les intervenants proposent de travailler sur 2 enjeux différents, deux élans dont ce chantier radiophonique sera le carrefour et le point de rencontre.

D’une part, approfondir la notion d’incarnation dans le jeu radiophonique. Ce mouvement, ce geste qui insuffle aux mots un sens et du tempérament et fait d’eux une parole qui s’exprime. C’est la question du «corps» au micro qui est posée : comment jouer avec le corps - le souffle, les muscles, le coeur - pour faire entendre la voix ? Ou l’inverse.

D’autre part, la question de la violence. Ce thème refait puissamment surface dans le débat public avec la multiplication des crises (sociale, démocratique, politique, environnementale) tant dans le champ intime que politique. Ce qui nous interroge sur son expression et sa nature : que dit-elle quand elle s’exprime et quand elle ne s’exprime pas ? Mais aussi qui l’exerce et qui la ressent ?

« La violence est ce qui ne parle pas » écrit Gilles Deleuze. Mais la question de la parole tient évidemment une place centrale car la violence se manifeste aussi en donnant de la voix ou, à l’inverse, en silence - une autre forme d’expression - et engage généralement les corps : le corps qui parle, s’exprime et celui qui écoute, reçoit.

Autant de questions que ce stage propose d’aborder et d’expérimenter à travers un texte qui évoluera au contact des stagiaires et à l’aune de leurs propositions dans le travail du jeu au micro.

Les espaces du Centquatre (studio, sous-sols, bureaux, couloirs, espaces publics) permettront un travail spécifique sur la question du lieu d’enregistrement. Nombreuses fictions aujourd’hui sortent des studios pour être enregistrées en partie en extérieur et dans des espaces non dédiés. Ces nouvelles formes impliquent un travail spécifique pour l’équipe de réalisation et pour l’interprète (rapport au micro, rapport au bruit ou résonnance ambiant, aux espaces de déplacement, etc).

Des moments d'écoute collective de fictions et autres documents sonores seront également proposés afin d'échanger sur l'univers si riche de la fiction radio et d'élargir le champ de réflexion.
Un preneur de son (chef opérateur) de Radio France sera présent pendant ces trois semaines. Un bruiteur viendra faire travailler les stagiaires sur deux journées et reviendra lors de la semaine d’enregistrement. Tous deux feront partager leur longue expérience de la prise de son et du bruitage pour les fictions radio.

Le texte écrit par François Pérache, pour les comédiens stagiaires et modifié au cours des deux premières semaines, sera enregistré au Centquatre durant la dernière semaine de stage. Pendant la durée de cet enregistrement, les stagiaires continueront à apprivoiser l'outil radiophonique tout en découvrant les contraintes (et libertés !) de l’enregistrement et en mettant en pratique leurs intuitions et les connaissances acquises lors de la première phase du stage.

Processus Pédagogique :
La formation se composera de quatre parties. La première sera consacrée à la présentation du stage, la seconde aux aspects techniques nécessaires aux interprètes pour enregistrer une fiction radiophonique. Une troisième partie sera consacrée à l’enregistrement de la fiction écrite par l’auteur dans des conditions professionnelles. La formation se terminera par l’évaluation du stage et des acquis des stagiaires.
I) Présentation du stage (une demi-journée)
Présentation de la formation par Cédric Aussir, François Pérache et les Chantiers Nomades.
Présentation de la structure, point sur les démarches administratives et l’organisation logistique de la formation. Présentation du lieu qui nous accueille, de sa démarche et du partenariat avec les Chantiers Nomades.
Les intervenantes introduiront le sujet en présentant les raisons qui les ont amenées à réaliser ou écrire pour la radio et, par le biais de la transmission, engager les acteurs à découvrir l’univers radiophonique et acquérir les techniques de jeu et de mise en voix nécessaires pour les fictions.
Ils exposeront le déroulé et la progression pédagogique en corrélation avec ses objectifs ainsi que la perspective de mise en onde permettant l’évaluation des acquis.
Ils reviendront sur le but du stage : interpréter une fiction radiophonique en maîtrisant les contraintes techniques et artistiques que la radio impose aux interprètes.
Présentation de l’ingénieur du son.
Présentation des stagiaires.

II) Contraintes techniques et spécificités de la fiction radiophonique (9 jours)

Il s’agira, les 2 premières semaines, de travailler les aspects techniques nécessaires à l’interprète pour enregistrer une fiction radiophonique en s’appuyant sur des textes de l’auteur et celui pré-écrit pour la fiction ainsi que des documents divers relavant de la problématique proposée.

Les différentes étapes seront les suivantes :

- Ecoutes collectives de fictions et documents sonores
- Découverte et familiarisation avec différents types de micros et de dispositifs sonores
- Maîtrise des techniques de jeu au micro, placement de la voix, de la respiration et du rythme, travail de l’adresse de l’interprète.
- Présentation et analyse des différentes techniques pour aborder la fiction (imaginaire) suivie d’une mise en pratique par des exercices et improvisations au micro en duo ou en trio.
- Travail à partir des fragments de textes de l’auteur : la voix intérieure, le dialogue, la narration, le travail sur différents plans sonores, mais aussi la polyphonie et le travail choral. Travail des rythmes, des chevauchements, des variations d’énergie. Travail sur les espaces sonores proposés par le lieu. Enregistrements. Ecoutes
- Découverte et pratique du bruitage : présentation des différentes techniques de bruitage et exercices.

III) Enregistrement d’une fiction à partir du texte écrit par l’auteure (5 jours)

Cette phase de travail permettra d’enregistrer dans des conditions professionnelles, au contact des techniciens et assistants qui viendront renforcer l’équipe. Elle permettra aussi aux stagiaires de découvrir durant une journée les espaces dédiés spécifiquement à l’enregistrement de fictions (cabine, studio aménagé pour les fictions). Pendant la durée de l’enregistrement, les stagiaires continueront à apprivoiser l'outil radiophonique tout en découvrant les contraintes (et libertés !) de l’enregistrement et en mettant en pratique leurs intuitions et les connaissances acquises lors de la première phase du stage. La fiction enregistrée n’est pas destinée à une exploitation commerciale.
Les phases de travail seront les suivantes :
- Lecture collective de la version définitive du texte inédit écrit par l’auteur.
- Retours et analyse dramaturgique.
- Distribution des voix.
- Premieres lectures au micro en s’appuyant sur le travail réalisé lors des deux premières semaines : adresse, justesse, oralité.
- Intégration du bruitage.
- Écoutes et analyses.
- Poursuite de l’enregistrement de la fiction.

IV) L’évaluation (une demi-journée)

Les acquis théoriques et pratiques (application au plateau) feront l’objet d’un processus d’évaluation continue durant tout le déroulé de la formation et en lien avec les objectifs pédagogiques. Un regard attentif sera porté sur l’engagement du stagiaire tout au long du processus de travail.

Un bilan pédagogique de la formation et des stagiaires, d’au moins deux heures, sera réalisé le dernier jour du stage, avec l’ensemble des participants, les intervenants et les Chantiers Nomades. Il sera composé de deux phases détaillées dans les modalités d’évaluation.

Informations complémentaires (méthodologie, ...)

Lecture de textes de l’auteur et écoutes de fictions et documents sonores
Travail d’interprétation au micro
Travail de bruitage
Ecoutes, analyses et décryptages après chaque exercice

Supports fournis aux stagiaires

• Supports fournis aux stagiaires :
Textes, accessoires de bruitage, enregistrements sonores
• Moyens techniques à la disposition des stagiaires :
Matériel d’enregistrement mobile, micros, casques, studio au CENTQUATRE et à France Culture

Évaluation pédagogique en fin de parcours.

I) L’évaluation de la qualité pédagogique du chantier nomade

A) Rappel des enjeux
- Apprécier l’adéquation de l’offre avec les besoins professionnels,
- Vérifier l’adéquation des moyens mis en œuvre pour atteindre les objectifs fixés,
- Apprécier les liens de conformité avec les objectifs de départ,
- Relever les points forts et les points à améliorer sur les méthodes de travail utilisées,
- Vérifier l’adéquation des moyens de communication avec les usages de la profession,
- Vérifier la conformité du programme communiqué.

B) Le processus d’évaluation
Un bilan pédagogique d’environ deux heures est réalisé le dernier jour du stage avec l’ensemble des participants, les intervenants et les Chantiers Nomades.

Une fiche d’évaluation écrite est transmise aux stagiaires. Elle doit être retournée par courrier aux Chantiers Nomades. Cette évaluation à « chaud » est complétée, six mois après, par un deuxième questionnaire précisant l’application professionnelle de la formation.

Un rapport pédagogique à destination de l’OPCO et des financeurs publics est complété par les intervenants.

II) L’évaluation des stagiaires

A) Rappel des enjeux
Dans la pratique artistique, l’évaluation individuelle a pour but de mesurer la plus-value résultant de la mise en relation de points de compétences entre eux. Autrement dit permettre à l’individu d’avoir une conscience aigüe des mutations, de l’évolution, du renouvellement de sa pratique, à différentes échelles.

B) Le processus d’évaluation
1) En cours de formation

Les acquis théoriques et pratiques (application au plateau par exemple) font l’objet d’un processus d’évaluation continue durant tout le déroulé de la formation et en lien avec les objectifs pédagogiques. Un regard attentif est porté sur l’engagement du stagiaire tout au long du processus de travail.

2) En fin de parcours

2.1. Présenter le processus d’évaluation en amont du bilan et transmettre aux stagiaires des documents ressources :
- un document méthodologique sous forme de cible d’évaluation.
- un tableau d’évaluation.

2.2. Compléter individuellement les documents ressources :
- Nous laissons, à chaque stagiaire, 15 à 20 minutes de réflexion sur son parcours de formation pour répondre par écrit aux questions posées : « Sur quels points votre regard a changé ? Qu’est-ce que vous avez découvert ? » ; « Qu’est-ce que vous avez précisé ? » ; « Qu’est-ce qui reste à établir ? » ; « Quelles sont vos applications prioritaires ? ».

2.3. Produire collectivement un temps de parole.
- Chacun exposant, à tour de rôle et oralement, les réponses aux questions, permettant ainsi aux intervenants de réagir et compléter l’évaluation.

Cette méthode a une double valeur : du côté du stagiaire : la conscience et donc l’assimilation ; du côté des intervenants : l’accompagnement et non le jugement.

Formateurs

Cédric AUSSIR REALISATEUR DE FICTION RADIOPHONIQUE

François PERACHE AUTEUR, COMEDIEN

SOPHIE BISSANTZ BRUITEUSE

TECHNICIENS FRANCE CULTURE TECHNICIEN RADIO